Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les contribuables d' Aubagne
  • Les  contribuables d' Aubagne
  • : Notre intérêt et nos actions portent essentiellement sur la pertinence et la légalité des dépenses engagées par les collectivités locales.
  • Contact

Nous contacter

contribuablesaubagne279@orange.fr

Recherche

Notre charte

L’association est une association de contribuables et non de citoyens. Elle a pour unique objet celui de défendre les intérêts des contribuables, Pour contrôler le bon usage de leurs impôts, l’association est souvent en conflit avec les pouvoirs en place. Elle ne tient aucun compte du parti, ou des partis, dont ces pouvoirs sont issus. Il en résulte qu’elle n’assure en aucune manière la promotion d’un parti au détriment d’un autre, Amenée à recourir à la justice administrative pour faire annuler les délibérations et les décisions des exécutifs, ayant un caractère politique et partisan, elle ne doit pas encourir les mêmes critiques, Ses dirigeants doivent préserver l’indépendance et la neutralité politique de l’association, principalement lors des consultations électorales. Des consignes sont établies à cet effet.
21 septembre 2014 7 21 /09 /septembre /2014 19:02

Gabriel Lévy

C’est vrai, Monsieur Hollande (Monsieur 13 %) n’a pas eu de chance, tout au moins pas celle de tous les bateleurs qui l’ont précédé, « les trois petits tours et puis s’en vont ». Impossible pour lui de passer entre les gouttes de pluie qui l’accompagnent comme un sombre présage. Impossible d’éviter le ressentiment de « Valery tout entière à sa proie attachée ».

Comme dans cette tragédie, le fatum a été invoqué. L’un après l’autre nos gouvernants ont attendu la fin de la crise, comme les Grecs attendaient un vent qui ne venait pas, pour gonfler leurs voiles. La tragédie est finie et M. Hollande n’est peut-être que la victime expiatoire.

Bien sûr, on pourra dire : « Son incapacité est une mauvaise excuse : l’ambition dont on n’a pas les talents est un crime » (Chateaubriand), mais est-ce seulement son incapacité ?

Depuis des siècles, on nous répète que la France est ingouvernable, que « les français ont toujours eu du mal à se débrouiller entre leur désir des privilèges et leur goût de l’égalité » (De Gaulle, selon Malraux), que les réformes sont le plus souvent faites après l’émeute ou la guerre. Ajoutons, la difficulté nouvelle que représentent les prémices (s’agit-il seulement des prémices ?) d’une remise en cause de l’identité française.

Les Français ne peuvent donc pas s’exonérer de leur part d’égoïsme (les grèves catégorielles, à Air France ou à la SNCF par exemple, qui nuisent à l’ensemble des activités du pays), de leur absence d’anticipation des changements qui s’opèrent dans le monde (la concurrence économique inéluctable), et de leur crédulité à l’égard des marchands d’orviétan.

Ils se sont complus à écouter les promesses, à se distraire des compétitions électorales comme d’un match de football. Et les dirigeants, dont on critiquera l’égoïsme, ne cédant rien du moindre de leurs avantages, mais, qui - soyons justes - ne pouvaient leur dire que les mots que chacun individuellement voulait entendre : le système social que tout le monde nous envie, l’accueil de la misère du monde car « c’est grand, c’est généreux, la France », qu’en toute chose tout se vaut (culture, sexualité…), que l’immigration est une chance, que le métissage est la destinée finale…

Aujourd’hui, les dégâts devenus importants, ils ne veulent plus rien entendre, mais il est bien tard et les réformes appelées de leurs vœux ne pourront se faire ni rapidement, ni sans violence. Hier, les agriculteurs incendiaient un bâtiment public à Morlaix, demain ce seront des émeutes.

Or, aucun homme politique ne propose réellement ces réformes, si tant est que l’on puisse croire qu’il les fera. Que se passe-t-il alors ? Les Français, en général les plus doués, s’expatrient, d’autres le font parce qu’ils se sentent plus menacés que leurs concitoyens. Ils emportent leur intelligence, leur savoir faire, leur argent, tout ce qui manquera vite à notre pays.

En définitive, il est peut-être encore possible de nous convaincre d’abandonner une part de ce que nous gagnons ou de ce que nous avons acquis, mais il faut nous prouver que ce sera utile, que cela ne servira pas à arroser le sable. Il faut commencer par cette pédagogie.

Partager cet article

Repost 0
Published by Association des contribuables d'Aubagne
commenter cet article

commentaires