Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les contribuables d' Aubagne
  • Les  contribuables d' Aubagne
  • : Notre intérêt et nos actions portent essentiellement sur la pertinence et la légalité des dépenses engagées par les collectivités locales.
  • Contact

Nous contacter

contribuablesaubagne279@orange.fr

Recherche

Notre charte

L’association est une association de contribuables et non de citoyens. Elle a pour unique objet celui de défendre les intérêts des contribuables, Pour contrôler le bon usage de leurs impôts, l’association est souvent en conflit avec les pouvoirs en place. Elle ne tient aucun compte du parti, ou des partis, dont ces pouvoirs sont issus. Il en résulte qu’elle n’assure en aucune manière la promotion d’un parti au détriment d’un autre, Amenée à recourir à la justice administrative pour faire annuler les délibérations et les décisions des exécutifs, ayant un caractère politique et partisan, elle ne doit pas encourir les mêmes critiques, Ses dirigeants doivent préserver l’indépendance et la neutralité politique de l’association, principalement lors des consultations électorales. Des consignes sont établies à cet effet.
1 janvier 2015 4 01 /01 /janvier /2015 13:46

Geneviève Frixon

 

En avril 2014, le Premier Ministre présentait le détail du plan d’économies de 50 milliards d’euros sur les dépenses publiques. Un plan axé sur trois objectifs : mettre en œuvre le Pacte de responsabilité et de solidarité, redonner du pouvoir d’achat aux salariés et maîtriser notre déficit public.

Le pacte de responsabilité : malgré les 41 milliards de baisses de charges aux sociétés d’ici 2016, les employeurs considèrent que ces aides viennent à peine compenser la hausse continue de la fiscalité et des prélèvements obligatoires, facteur aggravant de la perte de compétitivité de notre industrie.

Enfin, ces aides étant étalées jusqu'en 2017 (4,7 milliards pour l'année 2014), ils sont sceptiques sur une quantification de l’emploi dès 2015. Nous connaissons la valeur des promesses qui, sitôt faites s’envolent . Rappelons-nous la courbe du chômage qui « devait » s’inverser, la croissante qui « devait » repartir !

Redonner du pouvoir d’achat aux salariés : un groupe d’experts fin 2013 montre qu’une hausse de 1% du salaire minimum a un effet très faible à terme, voire parfois nul sur le revenu disponible des ménages. En effet, une augmentation du salaire net peut notamment entraîner une hausse de l’impôt sur le revenu et sur la taxe d’habitation et aussi une baisse des aides au logement et des prestations familiales.

Maîtriser notre déficit public : C’est un cercle vicieux nous dit Eric Heyer économiste à l’OFCE « malgré tous les efforts on ne peut pas le réduire quand il n’y a pas de croissance ». Il est passé de 4,1 à 4,4% du PIB. Bruxelles demande de vraies réformes de structure et le commissaire européen Günther Oettinger proche d’Angéla Merkel tape du poing sur la table et somme la France de ramener coûte que coûte son déficit public pour respecter les critères du pacte de stabilité et de croissance.

Alors que faire ? Pourtant il n’est pas difficile de faire des économies, le magazine Capital dans son dossier « combien nous coûtent leurs privilèges » a fait le tour d’un système de castes toujours vivace, qui perdure et garde jalousement ses avantages sans rien lâcher ! La liste est longue mais en voici quelques exemples :

  • Le Conseil économique, social et environnemental : (233 membres) dont la suppression ferait économiser 68 millions d’euros par an aux contribuables.

 

  • Le corps diplomatique est ses 160 ambassades jusqu’aux îles Fidji et près d’une centaine de consulats, rien qu’en Italie on en trouve quatre ! Notre pays compte également 21 ambassadeurs volants comme l’ex-ministre Gilles de Robien. Une façon de recaser les amis. Le budget placards dorés représente tout de même 39 millions d’euros.

 

  • Vos factures d’électricité et de gaz augmentent mais pas pour tous ! les employés d’EDF/GDF ont d’innombrables avantages qui passent par le chauffage presque à l’œil 5% du prix public, tarif accordé aux salariés et retraités des Industries électriques et gazières. Rien que chez EDF le manque à gagner atteint 381 millions d’euros à notre charge bien entendu !

 

  • La Banque de France en sureffectif puisque qu’elle emploie quatre fois plus de monde que la Bank of England, ses 12 932 agents sont particulièrement gâtés alors qu’elle n’est plus une Banque centrale depuis la naissance de la BCE. Coût de la masse salariale par an 233 millions d’euros par an.

 

La liste s’égrène et notre patience s’effrite. Le gouvernement souhaite peut être des réformes mais reporte à plus tard les plus difficiles sans toucher aux sacro-saints privilèges. Avec un espoir, celui de repasser le « bébé » à l’opposition.

Ainsi va la France depuis de nombreuses années, ballottée de gauche à droite sans réelles avancées, détricotant ce qui peut l’être sans endommager sa côte de popularité, et surfant sur l'effet de cliquet pour ne pas déplaire aux lobbyings qui gravitent dans les couloirs du pouvoir !

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Association des contribuables d'Aubagne - dans Dette publique
commenter cet article

commentaires

plombier paris 10eme 26/01/2015 15:46

J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter.
Cordialement