Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les contribuables d' Aubagne
  • Les  contribuables d' Aubagne
  • : Notre intérêt et nos actions portent essentiellement sur la pertinence et la légalité des dépenses engagées par les collectivités locales.
  • Contact

Nous contacter

contribuablesaubagne279@orange.fr

Recherche

Notre charte

L’association est une association de contribuables et non de citoyens. Elle a pour unique objet celui de défendre les intérêts des contribuables, Pour contrôler le bon usage de leurs impôts, l’association est souvent en conflit avec les pouvoirs en place. Elle ne tient aucun compte du parti, ou des partis, dont ces pouvoirs sont issus. Il en résulte qu’elle n’assure en aucune manière la promotion d’un parti au détriment d’un autre, Amenée à recourir à la justice administrative pour faire annuler les délibérations et les décisions des exécutifs, ayant un caractère politique et partisan, elle ne doit pas encourir les mêmes critiques, Ses dirigeants doivent préserver l’indépendance et la neutralité politique de l’association, principalement lors des consultations électorales. Des consignes sont établies à cet effet.
23 juillet 2012 1 23 /07 /juillet /2012 17:34

Geneviève Frixon

 

Nos parlementaires viennent de rayer de leur vocabulaire le mot « transparence » en rejetant l’amendement qui aurait permis un contrôle de leur indemnité représentative de frais de mandat (IRFM) mais également de la « réserve parlementaire » enveloppe dont l’usage est à leur totale discrétion.


Le débat sur cette indemnité-là n’est pas nouveau. La pétition de Contribuables Associés pour la transparence des frais de mandat avait déjà déclenché un véritable scandale et Libération du 21 juillet 2012 nous apprend que le député UMP Henri Guaino a estimé : « qu’en les obligeant à justifier leurs frais, les députés ne seraient plus libres ».


Doit-on encore et toujours rappeler les propos de Margaret Thatcher : « que l’État n’a aucune autre source d’argent que l’argent que les gens gagnent eux-mêmes. Si l’État souhaite dépenser plus, il ne peut le faire qu’en empruntant votre épargne ou en vous taxant davantage. Il n’y a rien de bon à ce que quelqu’un d’autre paie; cette autre personne, ce sera vous. L’argent public n’existe pas, il n’y a que l’argent des contribuables ».

Selon le Monde du 20 juillet 2012, « Seuls 24 députés ont voté pour l’amendement « transparence ».

 

 La majorité du groupe socialiste a voté contre ; six ont voté pour et sept de ses membres se sont abstenus.


Le reste de la gauche soit s'est abstenu - écologistes et Front de gauche -, soit n'a pas pris part au vote dans le cas des radicaux de gauche.


Les députés UMP se sont prononcés très largement contre l'amendement. Six ont voté pour : Georges Fenech (Rhône), Nathalie Kosciusko-Morizet (Essonne),Pierre Morel-A-L'huissier (Lozère), Fernand Siré (Pyrénées-Orientales), Thierry Solère (Hauts-de-Seine) et Dominique Tian (Bouches-du-Rhône).


Les centristes, à l'inverse, se sont tous prononcés pour l'amendement "transparence", soutenu par le président du groupe UDI, Jean-Louis Borloo.


Les deux députés du Front national, non inscrits, Marion Maréchal-Le Pen (Vaucluse) et Gilbert Collard (Gard), ont voté pour l'amendement.


Nous pouvons rendre hommage à M. Dominique TIAN seul député des Bouches du Rhône, toute étiquette confondue, qui, dans un courrier adressé à Contribuables Associés, écrit : « la conduite des parlementaires doit être exemplaire, un système des IRFM rendu plus transparent par des contrôles et par la vérification des notes de frais me parait être une piste cohérente et correspondre à une gestion plus lisible des finances publiques ».


Aucun changement dans la continuité des privilèges !!!

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Association des contribuables d'Aubagne - dans transparence et passe-droit
commenter cet article

commentaires

Jean-Paul Gautier 11/08/2012 18:41


Pour mener à bien toutes ces réformes, il nous aurait fallu 1 président et 1 gouvernement hors normes ! Nous l'avions nous n'avons pas su le garder

gele 11/08/2012 15:03


Si, par principe, on s’interdit  d’augmenter TVA ou CSG ? Il faudra bien pourtant y venir ! .
 
Les autres solutions possibles pourtant de manquent pas (liste non exhaustive) :


 


La première réforme à mener dans ce pays est la suppression des inégalités entre le
public et le privé. Régimes spéciaux de retraite, régimes inégalitaires des fonctionnaires, cotisations, conditions, prestations : égalité républicaine totale   pour tous.


-réduction de 30/40 % du nombres des élus ; députés, sénateurs, régions, département, etc
-suppression de l’absurde et ruineuse contrainte des 35 heures ;  
-augmenter le temps de travail des enseignants ; mise en concurrence privé/public 
instaurer une stricte discipline, virer les élèves qui ne sont là que pour les « allocs » et les orienter vers un apprentissage utile au pays ;  
-renoncer aux 60 000 surnuméraires prévus pour l’EN, tenant compte du fait que le budget du « mammouth » est déjà le plus élevé de l’OCDE
-modifier le système d’arrêt-maladie dans la fonction publique et l’aligner sur le privé.  
-donner à la Sécu tous les moyens informatiques de contrôle et relier en intranet tous les prestataires sociaux ;  fiscalisations de toutes les allocations. Mise en concurrence de l’Hôpital
et des cliniques privé.
-débarrasser le code du travail des pesanteurs accumulées pour l’adapter aux réalités de l’économie moderne.  
-supprimer les subventions publiques à une ribambelle d’associations d’utilité douteuse, sinon néfastes : comités théodules, observatoires, conseils, hautes autorité aux coûts et statuts
opaques , etc
-idem pour les syndicats qui seront d’autant plus crédibles que l’argent viendra des adhérents et non de l’Etat ;  
-faire le ménage des subventions aux DOM-TOM et tenter de réduire les féodalités insulaires.
-réformer Pôle-Emploi : que les agents sachent  comment fonctionne une entreprise.
-renoncer au projet « emploi jeunes » : les patrons ne réclament pas d’exemption fiscale, ils embauchent quand la nécessité s’en fait sentir et veulent rester libres de réduire la voilure si la
conjoncture se dégrade.


-tous les services publics du secteur marchands doivent être totalement privatisés. La SNCF, EDF, GDF la POSTE, RATP, SNCM, et toutes les
sociétés ou l'état conserve des participations.   


-en finir avec notre folie fiscale : stabilité, efficacité, simplicité : par un impôt unique ! la flat taxe. Fin de la chasse aux riches, aux investisseurs, aux
entrepreneurs, créateur d’emplois !



Et décider une bonne fois de stopper, sans faiblesse et sans larmoiements,  le flux incessant d’une immigration , inutile à l’économie et ruineuse en coûts sociaux de toutes sortes. Et par
ailleurs déstabilisatrice de notre modèle culturel. Le pays n’a plus les moyens de jouer au bon Samaritain.
 
C’est évidemment prêcher dans le désert vu qu’il est dans la culture de gauche de distribuer l’argent public à qui le demande (et même à qui ne demande rien) et vu qu’il est de constante
politique -  de gauche comme de droite de créer artificiellement du pouvoir d’achat à en creusant toujours davantage le déficit. Le gouvernement actuel, comme le précédent, continuera donc
cette politique du crédit « révolving » au moins le temps que le toléreront les acteurs du marché, quels qu’ils soient. Le moment venu, la sanction risque d’être violente.


 


En résumé, l'état devrait exercer avec rigueur ses fonctions régaliennes, ce qu'il ne fait pas ; redonner aux citoyens la liberté d'entreprendre, ce qui est difficile, avec
nos contraintes législatives, fiscales, avec des charges sociales très lourdes. Situation  aggravées par un secteur publique excessif. 


 

Jean Paul 23/07/2012 19:21


Et après on s'étonne que les citoyens n'aient plus confiance en leurs élus ! ! Il ne faut malheureusement pas aller chercher bien loin les abstentions. Ne peut-on faire 1 parallèle entre le fait
que les abstentionnistes sont plutôt de droite et le fait que les députés de droite se soient prononcés majoritairement contre la transparence ?


Amitiés.


Jean-Paul