Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les contribuables d' Aubagne
  • Les  contribuables d' Aubagne
  • : Notre intérêt et nos actions portent essentiellement sur la pertinence et la légalité des dépenses engagées par les collectivités locales.
  • Contact

Nous contacter

contribuablesaubagne279@orange.fr

Recherche

Notre charte

L’association est une association de contribuables et non de citoyens. Elle a pour unique objet celui de défendre les intérêts des contribuables, Pour contrôler le bon usage de leurs impôts, l’association est souvent en conflit avec les pouvoirs en place. Elle ne tient aucun compte du parti, ou des partis, dont ces pouvoirs sont issus. Il en résulte qu’elle n’assure en aucune manière la promotion d’un parti au détriment d’un autre, Amenée à recourir à la justice administrative pour faire annuler les délibérations et les décisions des exécutifs, ayant un caractère politique et partisan, elle ne doit pas encourir les mêmes critiques, Ses dirigeants doivent préserver l’indépendance et la neutralité politique de l’association, principalement lors des consultations électorales. Des consignes sont établies à cet effet.
28 mars 2013 4 28 /03 /mars /2013 15:41

Gabriel LévyBAL

 

Le cercle, c’est la redistribution à l’infini de l’impôt, alors qu’on la croyait réservée à pourvoir à la nécessité.

 

Mais comme « l’homme ne se nourrit pas seulement de pain », il s’en suit le clientélisme, les cajoleries aux associations, et finalement les jeux du cirque. Un cercle vicieux dont on ne sort jamais.

 

Ainsi, après avoir tenté « d’investir » 400.000 € dans l’organisation d’un concert de David Guetta, au nom « de retombées économiques» (2), les élus marseillais ont voté une subvention de 100.000 € à l’association Lesbian et Gay Pride Marseille « qui aura en charge l’EuroPride, où sont attendues entre 350.000 et 1 million de personnes ».

Cette subvention est justifiée par le fait que, selon le maire : « cette manifestation sera une bonne chose pour l’économie de la ville » (3). Le leitmotiv de la redistribution ! Toutefois, la précision était superflue, car personne n’imaginait que la promotion de ladite association valait 100 000 €, si elle n’avait pas le moindre intérêt pour tous les Marseillais.


En définitive, on caresse les associations, les cercles, les clients dans un but électoral, et l’on sombre dans l’addiction au vice de la subvention.


Addiction, en effet, Marseille participera aussi pour 230 000 € à l’organisation du concert de France 2 prévu à l’occasion de la Fête de la Musique, suscitant le quolibet du journal La Provence qui titre : « Paris se fait payer, Marseille paye » (3).


Dans une chronique récente  (4), nous nous rappelions qu’un foyer sur deux n’était soumis à aucun impôt, ce qui signifiait que la moitié de nos concitoyens payait les divertissements de l’autre moitié, et nous nous étonnions que, compte tenu des difficultés financières de 8 millions d’entre eux, ces sommes ne soient pas réservées à des aides ou des activités autres que ludiques, citant pour exemple les 230 millions de repas servis par les Resto du Cœur (2).


Redisons-le : les contribuables ne contestent pas les impôts auxquels ils sont soumis, mais l’usage qui en est fait.


Dans le contexte économique actuel, la participation des collectivités à des activités de divertissement devrait être mesurée à l’aune de leur intérêt culturel, ce dernier par exemple nous paraissant absent d’un défilé de l’EuroPride.

Nous ne nierons ni l’inégalité à laquelle ces restrictions donneraient lieu en matière d’accès à la culture, ni les éventuelles retombées économiques perdues. Mais il faut désormais choisir entre l’installation de la misère pour un nombre de plus en plus grand de nos concitoyens et l’allégresse trompeuse proposée, et accepter pour un temps d’être un pays triste afin d’éviter, aujourd’hui et surtout demain, la détresse de certains.


A cet effet, nous ne saurions trop recommander aux élus de consulter, sur le site de Contribuables Associés, les informations données sur l’ampleur de la gabegie de l’Etat et des collectivités locales, et leur recommander l’achat en kiosque des « dossiers » relatifs aux « subventions aux associations ». Les sommes qui sont consacrées à des festivités sont considérables, sans être assurés qu’elles ne sont consacrées qu’à cela.


sources :

1- Eugène Ionesco. La cantatrice chauve

2- La Provence du 15 mars 2013

3- La Provence du 27 mars 2013

4- « Panem OU Circenses, il faut maintenant choisir ». In :contribuables.aubagne.over-blog.com/ et les4verites.com/

Partager cet article

Repost 0
Published by Association des contribuables d'Aubagne - dans subventions
commenter cet article

commentaires

Reno 30/03/2013 15:38


L'austérité n'agrave que les choses, et cela a été dit. Pour pouvoir redistribuer la richesse, il faut la créer.


Vous parlez des plus démunis, mais qu'en est-il de ces jeunes exclus du domicile parental parce qu'ils sont homosexuels et qui se retrouvent à la rue (et du coup parfois secourus par le Samu
social) et parfois sont obligés de faire "le trottoir" ? du taux de suicide 5 fois plus élévé ? de la "galère" des trans ? d'une fille qui se fait tabasser et violer collectivement parce qu'elle
a avoué qu'elle était lesbienne ? et des victimes du SIDA ? On parle donc bien de la survie.


Une double attaque du problème à la source : un tel évènement donne la visibilité aux associations qui actent et se mobilisent pour cette cause et permet une évolution des mentalités.  Ce
qui permettra de limiter les dépenses du au secours dans l'urgence des ces personnes. Et les retombées économiques aussi y participent en créant des emplois et en donnant un nouvel élan à une
ville.


Donc, oui, tous les marseillais vont en profiter, même les plus démunis.

Gabriel Levy 29/03/2013 14:08


Dans notre texte deux idées ont échappées à nos contradicteurs :


le choix d'une dépense publique exclusive, au profit des plus démunis, pour les besoins de base : nourriture, logement, éducation, santé.. les activités ludiques, voire culturelles, payées par
tous les contribuables, peuvent être réduites ou suspendues jusqu'à "meilleure fortune". On annonce aujourd'hui le résultat en augmentation de la dépense publique en 2012 et de la dette
(contrairement aux prévisions), un train d'impôts nouveaux et, hier, l'ont-ils déjà oublié ?, un nombre record de nos concitoyens condamnés au chômage.


le refus du "clientélisme". L'un de nos lecteurs a raison d'écrire qu'il est "la mort de la démocratie". En outre, il porte en germe la fraude (cf le procès marseillais d'une députée).


En définitive, nous n'hésitons pas à citer la première page de la Provence de ce jour (29 mars 2013) : "alerte financière à la CROIX ROUGE. Après un déficit de 291.000 € en 2012, il manque
245.000 € pour boucler le budget 2013" et dans la page intérieure : "quand les maraudes de nuit et de jour du SAMU social nous coûtent 80.000 €, nous ne recevons que 20.000 € de la municipalité".


ramasser les pauvres bougres dans la rue, n'a pas de "retombées économiques", ni de vertus culturelles. Il ne s'agit que de leur survie.

Caro59 29/03/2013 13:55


Du pain et des jeux voilà à quoi en est réduit notre pays !

Reno 29/03/2013 00:46


L’EuroPride, c’est aussi un village associatif GRATUIT avec des conférences GRATUITES avec de grands intervenants européens et des projections de film GRATUITES, c’est aussi une grande exposition
d’art contemporain GRATUITE, c’est aussi un concert géant GRATUIT.


Pensez-vous maintenant que la culture en soit absente ? qui plus est, accessible au plus grand nombre ?



L’EuroPride est avant tout un évènement militant de grande ampleur.



Enfin, l’Europride c’est aussi 414 millions d’euros de retombée économiques sur la région.
Tous les marseillais vont en profiter (même ceux dont l'esprit est obtus).