Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les contribuables d' Aubagne
  • Les  contribuables d' Aubagne
  • : Notre intérêt et nos actions portent essentiellement sur la pertinence et la légalité des dépenses engagées par les collectivités locales.
  • Contact

Nous contacter

contribuablesaubagne279@orange.fr

Recherche

Notre charte

L’association est une association de contribuables et non de citoyens. Elle a pour unique objet celui de défendre les intérêts des contribuables, Pour contrôler le bon usage de leurs impôts, l’association est souvent en conflit avec les pouvoirs en place. Elle ne tient aucun compte du parti, ou des partis, dont ces pouvoirs sont issus. Il en résulte qu’elle n’assure en aucune manière la promotion d’un parti au détriment d’un autre, Amenée à recourir à la justice administrative pour faire annuler les délibérations et les décisions des exécutifs, ayant un caractère politique et partisan, elle ne doit pas encourir les mêmes critiques, Ses dirigeants doivent préserver l’indépendance et la neutralité politique de l’association, principalement lors des consultations électorales. Des consignes sont établies à cet effet.
8 septembre 2012 6 08 /09 /septembre /2012 18:26

Gabriel Lévyimage001

 

« Jusqu’à quand, gouvernants, abuserez-vous, enfin, de notre patience ? Combien de temps encore serons-nous le jouet de votre fureur dépensière? Jusqu’où s’emportera votre audace effrénée ? » (Du Cicéron… ou presque).

 

La banque centrale européenne (BCE) vient d’ouvrir ses guichets.


M. Sarkozy, puis M. Hollande, qui prétendent depuis quelques années vouloir « sauver » l’Europe, au lieu de sauver les Français, nous rendront victimes de leur utopie. Mais l’utopie d’un chef d’Etat est toujours grandiose, et il n’en subit jamais les conséquences.


La BCE devient une banque centrale comme le souhaitaient nos présidents successifs. Il ne s’agit plus d’accorder des prêts massifs aux banques européennes, mais de prêter aux états en difficultés avec « le risque de voir certains Etats devenir « accro » à ce mode de financement ». Mais comme cela ne peut pas durer toujours, certains états ne pourront plus rembourser, et le président de la BCE refusant de considérer sa banque comme créancier privilégié en cas de faillite de ces états, voyez-vous d’autres solutions que celles-ci :


Soit le réapprovisionnement financier de la BCE grâce aux états « pas encore faillite », 

c’est-à-dire grâce à leurs contribuables,


soit la création de monnaie, ce qui signifie la dévaluation de celle que vous possédez.


Dans les deux cas, c’est nous qui paierons.


Nous paierons aussi pour l’application de l’extravagante règle d’or, car comment respecter un déficit maximum de 3 % du budget, sachant que les dépenses seront toujours considérées comme incompressibles ?


La réponse est sur vos lèvres : grâce à vos impôts.


Alors puisqu’aux guichets de la BCE, il y a ceux qui reçoivent et ceux qui donnent, ceux qui donnent :

  • rappellent que « ces plans ont englouti 85 milliards pour l’Irlande, 78 milliards pour le Portugal et 292 milliards pour la Grèce à l’été 2012 », qu’ainsi, « les Français ignoraient qu’ils ont une créance de 66,4 milliards sur la Grèce » (JP Robin, le Figaro du 21 mai 2012) ;
  • prévoient, comme les divers analystes, une note de 400 milliards pour l’Espagne ;
  • ne mégoteront plus pour le don de 3 milliards à la Côte d’ivoire, ni pour les fifrelins octroyés aux pays du Sahel : 25 millions d’euros selon la dernière réponse ministérielle (mercredi 5 septembre 2012).

Partager cet article

Repost 0
Published by Association des contribuables d'Aubagne - dans Banque centrale européenne
commenter cet article

commentaires