Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les contribuables d' Aubagne
  • Les  contribuables d' Aubagne
  • : Notre intérêt et nos actions portent essentiellement sur la pertinence et la légalité des dépenses engagées par les collectivités locales.
  • Contact

Nous contacter

contribuablesaubagne279@orange.fr

Recherche

Notre charte

L’association est une association de contribuables et non de citoyens. Elle a pour unique objet celui de défendre les intérêts des contribuables, Pour contrôler le bon usage de leurs impôts, l’association est souvent en conflit avec les pouvoirs en place. Elle ne tient aucun compte du parti, ou des partis, dont ces pouvoirs sont issus. Il en résulte qu’elle n’assure en aucune manière la promotion d’un parti au détriment d’un autre, Amenée à recourir à la justice administrative pour faire annuler les délibérations et les décisions des exécutifs, ayant un caractère politique et partisan, elle ne doit pas encourir les mêmes critiques, Ses dirigeants doivent préserver l’indépendance et la neutralité politique de l’association, principalement lors des consultations électorales. Des consignes sont établies à cet effet.
6 juillet 2012 5 06 /07 /juillet /2012 17:29

Gabriel Lévyles trente piteuses


Banalité que la mise en perspective de nos années glorieuses et de nos années piteuses. Evidemment, au sortir de la guerre, nous n’avions rien et trente ans plus tard, nous avions tout. Etait-ce une raison pour tout gâcher ? Même Jacques Chirac, orfèvre en facilité, reconnaissait (dit-on) que « la préférence pour le présent et ses facilités a toujours un coût pour l'avenir ».


N’était-il pas l’auteur d’une loi (1986) relative au regroupement familial ? Le « coût », puisque ce sont ses mots, est considérable « pour le présent » (26 milliards d’euros annuellement, selon Jean-Paul Gourévitch), exorbitant « pour l’avenir ». Une usine à fabriquer des Français (droit du sol oblige), qui ne se reconnaissent pas forcément comme tels.


La durée du travail fixée à 35 heures hebdomadaires (1981) : une usine à produire des délocalisations.


Le matraquage fiscal (1981- 2012) : une usine à provoquer l’exode des plus entreprenants et le chômage des plus démunis.


Des lois sociales mal évaluées, créatrices de déficit, l’Europe, « cette grande impotente », source de gabegie et d’encouragement aux pays-cigales pour poursuivre leur déficit, une politique étrangère des bisous et du chèque sur le perron de l’Elysée et des réunions inefficaces, mais grandioses, sur notre territoire (aujourd’hui, les amis de la Syrie, hier, l’Union pour la Méditerranée, mais pas avec les mêmes acteurs, soit la preuve de leur inefficacité), l’Aide Publique au Développement (APD) des pays d’Afrique fixée à 0,7 % de notre PIB, la coopération décentralisée au profit de pays en état de perpétuelle guerre civile (exemple de l’Agglo d’Aubagne au Mali), les subventions nationales aux associations (34 milliards d’euros de subventions à 250 000 associations selon le « jaune budgétaire » pour 2012), sans oublier les subventions offertes par les collectivités locales (204 millions d’euros pour la mairie de Paris).


Nous avons été pillés hier, nous le serons encore demain. Alors « indignez-vous » !


Le paradoxe est que nous n’avons pas conscience de l’ampleur du pillage, car les médias ne nous informent que des grandes masses budgétaires et le détail des dépenses superflues est mal connu.


Or, « le diable se cache dans les détails » : un tramway  inutile ici (Aubagne), 100.000 € pour le film « les insoumis » par la région PACA, 112 000 € pour le Centre lesbien gay bi et trans par la mairie de Paris…


Informez-vous. Consultez quotidiennement les deux sites des contribuables ( www.lecri.fr et www.observatoiredessubventions.com)  et surtout agissez !

Partager cet article

Repost 0
Published by Association des contribuables d'Aubagne - dans politique
commenter cet article

commentaires

B.D. 06/07/2012 21:27


Les 35 h en 1981 ?


J'aurai mal lu ou ma mémoire est dans un état pire que je le craignais.


De tête, j'aurais plutôt cru que 1981 = retraite à 60 ans et semaine à 39h00.


Avec les conséquences que l'on sait.


Bonne soirée et bon week-end.