Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les contribuables d' Aubagne
  • Les  contribuables d' Aubagne
  • : Notre intérêt et nos actions portent essentiellement sur la pertinence et la légalité des dépenses engagées par les collectivités locales.
  • Contact

Nous contacter

contribuablesaubagne279@orange.fr

Recherche

Notre charte

L’association est une association de contribuables et non de citoyens. Elle a pour unique objet celui de défendre les intérêts des contribuables, Pour contrôler le bon usage de leurs impôts, l’association est souvent en conflit avec les pouvoirs en place. Elle ne tient aucun compte du parti, ou des partis, dont ces pouvoirs sont issus. Il en résulte qu’elle n’assure en aucune manière la promotion d’un parti au détriment d’un autre, Amenée à recourir à la justice administrative pour faire annuler les délibérations et les décisions des exécutifs, ayant un caractère politique et partisan, elle ne doit pas encourir les mêmes critiques, Ses dirigeants doivent préserver l’indépendance et la neutralité politique de l’association, principalement lors des consultations électorales. Des consignes sont établies à cet effet.
5 août 2013 1 05 /08 /août /2013 17:18
Et maintenant, un peu d’oppression fiscale !

Certes, ce sont les vacances. Certes, l'actualité se fait plus calme, les journalistes étant eux-mêmes partis profiter des joies qu'offrent le capitalisme et la mondialisation pour revenir ensuite au bercail, batteries rechargées, cracher sur le capitalisme et la mondialisation. Pendant ce temps, le gouvernement est en pause. Tout le gouvernement ? Non. Un petit ministère résiste encore et toujours à l'endormissement : Bercy.

Bien sûr, on ne doit pas vraiment à un hasard du calendrier l'actuelle apparition des nouvelles douloureuses sur la pluie d'impôts qu'on nous concocte pour les mois à venir. De la même façon qu'on ne fait les barbecues, les émeutes et les baignades qu'en été, les annonces douloureuses sur les impôts privilégient toujours cette période où plus personne n'écoute. Cependant, entre deux moiteurs estivales, difficile d'écarter les certitudes qu'un petit bouillon se trame à l'horizon.

Et on en parle donc, un peu, ici ou là.

Ici, on apprend qu'il va falloir trouver entre quatre et six milliards d'euros. Comme Mario, de la BCE, refuse obstinément de les imprimer sur son lot d'imprimantes alors qu'il a reçu plein de cartouches neuves, le gouvernement français -- qui fait, pour rappel, l'équivalent d'un petit emprunt de plus de 700 millions d'euros par jour ouvré -- a décidé qu'il allait trouver cette somme dans la poche forcément pleine de surprises de ses concitoyens.

, on comprend à demi-mots gênés que la petite Najat a bien du mal à concilier son appartenance au Camp du Bien d'un côté, et le fait qu'il va falloir cogner comme un sourd sur tout le monde et surtout les pauvres (les plus nombreux), comme le faisait juste avant qu'elle arrive le Camp du Mal. C'est embêtant que voulez-vous : on vise, nous dit-elle la bouche en cœur, à ne pas laisser une ardoise aux générations futures.

Ce qui n'empêche pas l'actuel gouvernement de creuser la dette nationale de plusieurs dizaines de milliards d'euro cette année encore (et prend-toi ça dans les gencives, encombrante génération future !) et d'emprunter dans les 170 milliards en 2013. Une paille.

Les éléments s'accumulent, les papiers s'enchaînent et tous pointent dans le même sens : la rentrée sera piquante, l'année 2014 sera chaude, et les impôts vont, malgré les dénégations fermes de Hollande en début d'année 2013 (suivies de rétropédalages choucrouteux six mois plus tard) continuer à augmenter.

Une bonne nouvelle dans tout ça : seuls les riches seront mis à contribution (mais si : tous les médias le disent : "Bercy veut taxer les plus aisés"). Une mauvaise nouvelle : maintenant, en France, on est riche dans les pluzaisés dès 20.000 euros de revenus par an. C'est aussi ça, le changement maintenant : youpi, la France accueille un nombre de riches croissants ! En effet, selon les calculs du syndicat Solidaires-Finances publiques, ce dispositif entraînera 23 euros d’impôts supplémentaires pour un célibataire avec 20.000 euros de revenus, 162 euros s'il gagne 35.000 euros, 626 euros pour 100.000 euros de revenus et 1.772 euros pour 200.000 euros ; pour un couple marié avec deux enfants, la facture progresserait de 19 euros à 3.059 euros selon les cas des figure. Et il s'agit bien de l'impôt supplémentaire, pas de l'impôt total. On est en France, hein.

Si l'on se rappelle que le salaire médian est (justement) de 20100€ par an, on comprend que la mesure va toucher au moins 50% des salariés français (soit 1/4 des foyers, une moitié ne payant pas d'impôts sur le revenu). Vous me direz : zut, c'est encore et toujours le même quart qui trinque. Eh bien oui, c'est aussi ça, le changement. Et si ça ne vous plaît pas, c'est pareil.

Bon, je vous charrie : en fait, ces augmentations d'impôts aussi inopinées que douloureuses ne sont rien que de vilaines rumeurs colportées, on s'en doute, par toute une clique de vilains ultralibéraux et autres médiocres opposants à la ferme et vigoureuse réforme de tout le pays, à laquelle s'est attelé tant François Hollande, son inénarrable président, que Pierre Moscovici, son extraordinaire ministre de l'Economie et des Finances. D'ailleurs, il l'explique lui-même avec ses mots à lui, touchants et maladroits comme seuls les enfants et les benêts savent le faire :

"Notre politique en matière de fiscalité est de refuser les hausses d'impôts qui sont généralisées et indifférenciées. Notre souci à nous, c'est le sérieux budgétaire mais aussi le pouvoir d'achat des plus démunis et des classes moyennes."

Dans la foulée, pour ajouter un bon gros bout de crédibilité en conserve à sa tirade, il a précisé qu'en plus,

"le 2e trimestre a été un trimestre de croissance positive, et je pense qu'elle devrait être du même ordre au 3e trimestre. Puis, 2014 sera la première année de croissance depuis trois ans."

C'est mignon !

lire la suite

Partager cet article

Repost 0
Published by Association des contribuables d'Aubagne
commenter cet article

commentaires