Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les contribuables d' Aubagne
  • Les  contribuables d' Aubagne
  • : Notre intérêt et nos actions portent essentiellement sur la pertinence et la légalité des dépenses engagées par les collectivités locales.
  • Contact

Nous contacter

contribuablesaubagne279@orange.fr

Recherche

Notre charte

L’association est une association de contribuables et non de citoyens. Elle a pour unique objet celui de défendre les intérêts des contribuables, Pour contrôler le bon usage de leurs impôts, l’association est souvent en conflit avec les pouvoirs en place. Elle ne tient aucun compte du parti, ou des partis, dont ces pouvoirs sont issus. Il en résulte qu’elle n’assure en aucune manière la promotion d’un parti au détriment d’un autre, Amenée à recourir à la justice administrative pour faire annuler les délibérations et les décisions des exécutifs, ayant un caractère politique et partisan, elle ne doit pas encourir les mêmes critiques, Ses dirigeants doivent préserver l’indépendance et la neutralité politique de l’association, principalement lors des consultations électorales. Des consignes sont établies à cet effet.
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 09:56
L’économie est une chose trop sérieuse pour la confier aux économistes européens

Gabriel Lévy

Vous avez certainement reconnu notre allusion à la phrase de Clémenceau selon laquelle « la guerre est une chose trop sérieuse pour être confiée aux militaires ».

Le Fond Monétaire International (FMI) admet aujourd’hui qu’il s’était trompé au sujet du sort économique de la Grèce : « Le premier plan de sauvetage de la Grèce s'est traduit par des "échecs notables". Candide, « il reconnaît notamment n'avoir pas anticipé l'ampleur de la récession qui frappe la Grèce depuis lors ». Etaient à la manœuvre M Strauss-Kahn et Madame Lagarde, « les meilleurs d’entre nous ».

Nos éminences européennes, quant à elles, n’ont pas encore admis ces « échecs notables ». Elles attendront de le faire dans la douleur et persisteront dans le mensonge. C’est fou ce que les dirigeants peuvent mentir, oubliant le fait qu’une politique ne peut être fructueuse que si elle est fondée sur la confiance des citoyens.

Or, « dans son rapport, le FMI va jusqu'à remettre en cause l'action de la troïka et son efficacité. "Il n'y avait pas de division claire du travail" au sein de la troïka, pointe le rapport, qui ajoute que les Européens manquaient d'expérience et de "compétences" sur des programmes d'aide liés à de très strictes conditions ». Comme il est difficile de reconnaître son incurie, mieux vaut persister dans le mensonge.

Ainsi, dans un article du 20 octobre 2011, sous le titre « Prêter à la Grèce, c’est prêter à rire », écrivions-nous : « depuis des mois, les béotiens que nous sommes, rappellent à leurs élites que la Grèce ne remboursera jamais les sommes que nous avons « avancées »

Et nous posions la question « Sauver l’Europe ou sauver les Français ? », reconnaissant « que M. Sarkozy avait choisi l’Europe, celle imposée à nos concitoyens par le traité de Lisbonne, avec son cortège de postes de présidents, de chef (e) de la diplomatie, inutiles et coûteux ». Que des brillants cerveaux pour ces hautes fonctions ! Prophètes, nous poursuivions : « Hélas, les socialistes en feront de même », et nous concluions : «Décidemment le pouvoir rend sot ! »

Qu’il est agréable de se convaincre que le bon sens finira par s’imposer ! Mais il est bien douloureux, surtout pour les contribuables, d’admettre le fait selon lequel « les Européens manquaient d'expérience et de "compétences" sur des programmes d'aide liés à de très strictes conditions ». Inquiétons-nous – vite - des résultats des actions françaises et européennes en matière d’APD (aide publique au développement). Il n’est pas certain qu’ils aient acquis depuis la « compétence » et le pouvoir de contrôle des « très strictes conditions » pour l’octroi de nos prêts et de nos dons, offerts grâce aux contributions de nos concitoyens, faut-il le préciser de nouveau ?

Décidément, la sottise paraît la chose la mieux partagée chez nos dirigeants anciens, présents et probablement futurs… à moins que vous ayez un autre diagnostic à proposer.

Partager cet article

Repost 0
Published by Association des contribuables d'Aubagne
commenter cet article

commentaires

Dr Gabriel Levy 08/06/2013 15:57

L’impunité est un principe qui ne manque pas de fondement. En effet, seriez-vous candidat à Aubagne, si vous risquiez - vous homme honnête - une sanction en cas d’erreur d’appréciation ? En revanche, pas d’indulgence pour les voleurs.



L’exécutif actuel d’Aubagne rappelle à satiété que c’est aux électeurs de sanctionner les fautes et les erreurs, qu’ils en ont la possibilité en refusant de les reconduire. Malheureusement, les dés sont pipés par les partis politiques parce que le mode de désignation des candidats (sans parti, inutile d’y penser) et le mode d’élection permettent la dictature des partis… grâce aux sommes que les contribuables versent pour faire vivre ces partis.

Essayez de donner votre avis, en demandant un référendum. M. Sarkozy avait fait un embryon de vote direct, mais il s’est bien gardé de faire voter les décrets d’application et les citoyens ne se sont pas exprimés, librement, au sujet du mariage pour tous.



Vous n’imaginerez tout de même pas que les « meilleurs d’entre nous », même condamnés par la justice (M. Juppé), pourraient abandonner une parcelle de leur pouvoir, c’est-à-dire de leur droit à nous contraindre. Désolé, cher monsieur, n’espérez rien ou peu. « Peu » c’est encore la seule raison de la conduite de nos actions.



Cordialement
Gabriel Lévy

Roger 08/06/2013 15:54

Le tout se résume a ; Excusez-moi ,si je vous demande pardon ,mais nous nous sommes trompés dans les analyses ,les prévisions ,les solutions pour sortir la Grèce de ce mauvais pas ..................
Alors, on efface et on recommence ? C’est facile ,et de toutes façons on sait ou trouver l’argent.......
NON ,mais y aura-t-il un jour une autorité pour sanctionner les erreurs ,les abus des responsables ,qui plus est, ne se trompent pas dans le total de leurs salaires ,primes ,indemnités ,avantages, !
J’ai passé une grande partie de mon activité professionnelle au service d’entreprises privées ,comme cadre , responsable , avec un patron
responsable aussi;les erreurs de chaque membre du personnel avait ,a son échelon ,des comptes a rendre; ceux qui ‘éloignaient en fin d’années des objectifs prévus n’avaient pas les récompenses prévues ou leur salaire amélioré; et ils avaient toujours la possibilité d”aller voir ailleurs”
Pourquoi n’en serait il pas ainsi , chez nos fonctionnaires ,nos grandes administrations ,nos responsables financiers !
Mais ça ,c’est surement une autre histoire...............